Contact S'identifier
Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil

Catholiques en Essonne

Donner en ligne

Accueil > Actualité, agenda, événements > Homélies et lettres pastorales > Samedi 19 mai 2018 - Vigile de Pentecôte Confirmation des adultes Homélie (...)

Samedi 19 mai 2018 - Vigile de Pentecôte
Confirmation des adultes
Homélie de Mgr Pansard

Quel est ce souffle, plus puissant que celui des tornades, des explosions ou des
réacteurs d’avion. Ce souffle qui jamais ne brise ni ne détruit. Ce souffle aussi léger que l’air et comme inexistant, ce souffle dont personne ne parle et qui pourtant est la réalité la plus nécessaire à notre vie et à la vie du monde ? Je veux parler de notre respiration.
Nous ne pouvons pas en dire grand-chose, mais, le souffle des enfants endormis fait
respirer le monde.
Il est un autre souffle, le souffle de Dieu, l’Esprit Saint, évoqué par les Écritures,
décrit parfois comme un vent violent ou une brise légère.
Comme pour notre respiration, ce qui est premier pour parler de l’Esprit, ce n’est
pas une spéculation sur Dieu mais l’expérience. Le lieu fondamental et originaire de toute nomination de l’Esprit-Saint est l’expérience des croyants exprimée dans le livre des Écritures, expérience faite par les disciples, par l’Église de la première génération puis toutes celles qui ont suivi. Alors même qu’ils étaient exposés à toutes sortes de dangers et de souffrances, ils ont fait l’expérience d’être conduits, soutenus, d’être suscités, d’être vivifiés, d’être habités, d’être unis, par la puissance de l’Esprit qui avait arraché Jésus à la mort.
Ils découvraient que leurs vies étaient comme ce que leur disait Paul dans une de
ses lettres : « vous êtes la lettre du Christ… écrite avec l’Esprit de Dieu vivant, non sur des tables de pierre mais sur des tables de chair, sur les cœurs » 2 Co 3,3.
Frères et sœurs est-ce que nous pouvons-continuer à le lire dans la vie de vos
communautés, dans la vie des disciples du Christ que vous êtes ?
Dans la vie des disciples, comme dans la vie de Marie, la mère du Seigneur, le
travail de l’Esprit est discret. Il se reconnait à ses fruits. Ils ne sont pas spectaculaires, excentriques ou éphémères.
La présence et l’action de l’Esprit se révèlent en ses fruits discrets aussi impalpables
mais aussi vitaux, réels et concrets que ceux que Paul évoque en Ga 5, 22 « voici le fruit de l’Esprit : amour, paix, joie, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi. » ou encore la belle séquence de ce jour « venite sante spiritus ». Quand l’Esprit Saint, père des pauvres, réchauffe ce qui est froid en nous, assouplit ce qui est raide, redresse ce qui est tordu.
C’est du don de l’Esprit et des fruits de l’Esprit que nos communautés sont invitées
à vivre. Un élément accompagne le don de l’Esprit Saint, l’huile, le saint-chrême, comme pour nous rappeler aussi que pour que l’Église ne soit pas un corps désarticulé mais le corps vivant du Christ ressuscité, il faut que tous les membres dans leur diversité soient articulés les uns aux autres, et reliés à la tête qu’est le Christ. L’huile, nous pouvons nous en servir pour mettre de l’huile sur le feu et attiser ainsi les tensions ou divisions présentes entre nous. L’huile nous pouvons en mettre dans les articulations, les rouages pour que le corps ecclésial soit vivant, dynamique et missionnaire. C’est de cette huile-là, celle du Saint-Esprit, dont nous avons besoin.
Quand l’Esprit de Dieu envahit quelqu’un, il le fait exister devant lui, il lui dilate le
cœur. Et l’amour est toujours ouverture aux autres. Le paroxysme de l’amour c’est le
pardon, à l’opposé du péché qui est fermeture sur soi, comme l’évoque le récit de
Pentecôte.
Disciples du Christ aujourd’hui, comme autrefois ses apôtres, en ce jour de votre
confirmation, le Seigneur compte sur nous, sur vous pour être ses amis, ses témoins.
L’Esprit-Saint nous est donné pour mieux répondre à ce que le Seigneur attend de nous, pour être ses amis, ses témoins. « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre » Ac. 1,8
Le Seigneur a besoin de vous, de chacun de vous comme il a eu besoin de ses
apôtres Pierre, Jacques et Jean, Thomas et aussi de Marie, de la Samaritaine, de Marie-Madeleine... de nos frères et sœurs chrétiens, de moi, de toi, …
Soyez de ceux qui « sont disposés à partager leur vie avec les autres. De la même
façon que l’Esprit-Saint a transformé le cœur des disciples le jour de Pentecôte »
. « Voilà le secret que nous sommes appelés à expérimenter. Dieu attend quelque chose de toi, Dieu veut quelque chose de toi, Dieu t’attend. Dieu vient rompre nos fermetures, il vient ouvrir les portes de nos vies, de nos visions, de nos regards. Dieu vient ouvrir tout ce qui t’enferme. Il t’invite à rêver, il veut te faire voir qu’avec toi le monde peut être différent. C’est ainsi : si tu n’y mets pas le meilleur de toi-même, le monde ne sera pas différent ».
Moi, votre évêque, j’ai besoin de vous, pour que vous m’aidiez, pour que vous aidiez
notre église en Essonne à remplir sa mission. Je n’y arrive pas tout seul, je n’y arrive pas uniquement avec l’aide des prêtres, des diacres et de tous ceux à qui je confie une mission.
Soyez des témoins de la rencontre du Seigneur, de la foi qui fait vivre, qui donne
de vivre à la suite du Christ en aimant comme il nous a aimé.
Aujourd’hui, la confirmation, c’est votre Pentecôte. Comme à la Pentecôte, l’Esprit,
le feu de Dieu, le don de Dieu est donné à chacun pour être les témoins dont le Seigneur a besoin, dont j’ai besoin, dont nous avons besoin. L’Esprit qui reposait sur Jésus vous est donné pour vous affermir, vous rendre forts, vous confirmer dans votre volonté d’être des disciples-missionnaires. Il vous est donné pour soutenir votre désir et votre volonté d’être témoins en aimant en vérité, en vivant votre vie comme une vie donnée.
Témoins, donnés vous ne le serez en vérité qu’en restant greffés, attachés au Christ
comme à un ami et en vivant l’aventure de la fraternité large dans laquelle il nous entraîne.

Amen

Télécharger l’homélie

Mgr Michel Pansard
.
La Croix